Ce printemps tout timide n'aura pas eu l'effet radieux que j'attendais.

Des jours mornes et sans saveur. La routine pesante, trop souvent malmenée par des funérailles.
Un oncle, un ami d'enfance, ma grand-mère, un ami de la famille pris par la maladie ou la fin de vie.

Des jours marqués par la peine, la solitude, la douleur, le manque, le soulagement, l'effroi, le chagrin … mais aussi des jours plein de soleil, de regards réconfortants, de petits mots si précieux.

Et la vie qui insiste et qui s'insinue dans le moindre espace.
Et pour les jours à venir, une énorme envie de se poser, de prendre du temps, de profiter du mieux possible de chaque seconde, du moindre espace de vie …

 

metz

De passage à Metz, un passage "secret" dans le quartier de mon enfance ...