Octobre, novembre, décembre, janvier ... tout ce temps pendant lequel finalement rien ne se sera vraiment passé.

Des jours gris, sans soleil, sans sel. De la lassitude dans chaque geste, ne pas trouver sa satisfaction dans les petits plaisirs, se demander si ça vaut vraiment le coup de continuer à venir par ici.
Du quotidien usant ou surprenant, des joies, des bonheurs, des peines, des rancœurs, des rencontres, des moments petits ou grands, intenses, agréables ou pesants, la vie sous toutes ses facettes ....

La vie justement avec tout ce qu'elle a d'essentiel, de brutal, de futile et de fragile.

Mi-novembre, un matin où je ne devais pas prendre la voiture, j'ai eu un accident. Mon véhicule à été le dernier à s'encastrer dans une file de cinq voitures, toutes enchâssées les unes dans les autres. La grosse berline qui me suivait a eu le temps de freiner et de se mettre en travers de la route sans toucher ma voiture.
J'ai eu une chance de dingue et j'en suis consciente. Je m'en sors très bien : une entorse à la cheville, quelques égratignures, des courbatures … et une reconnaissante éternelle à l'air bag et aux réflexes du conducteur de derrière.

Depuis, il y a eu beaucoup de questions, souvent sans réponses, des nuits souvent agitées, des tonnes de papiers pour les assurances, des séances de kiné., une voiture toute neuve.

Depuis, il y a mes cheveux qui ne supportent plus aucune teinture. Tant pis, mes cheveux blancs seront ma bannière cette année.

Depuis, il y a eu les Fêtes, les vacances, la nouvelle année, les soldes, la galette … sans être vraiment là, ni tout à fait absente.
Il y a eu le moment où il fallait à tout prix, cesser de sombrer et trouver, grâce à mes proches, le soutien sans faille pour remonter à la surface.

Entre temps, il y a eu la vie qui continuait. La p'tite vie chiante parfois, réjouissante d'autres fois.
L'hiver qui s'installe, comme les kilos. Douille épuisé par son boulot mais toujours efficace à la maison, Mr Bdou à l'aise dans ses baskets. Un aller-retour en Lorraine, une journée à la fête foraine. Des nouvelles que l'on attend, les moins mauvaises possibles. Des cœurs, des bras, des oreilles ouverts et disponibles.

Des regards, des silences, des questions, des jours gris pourris et des doutes encore … et ce n'est certainement pas fini …

Et puis, un jour un peu plus lumineux que les précédents, décider que si fragile soit-elle rien ne vaut la vie !

 

 

nice

Nice - Baie des Anges - Lundi 20 janvier 2014