RIMG0880

Carnet, enveloppe, papier ... made by Simone. Thank you !

Il y a le temps qui, de façon générale, me fait défaut.

Cela c'est empiré ces derniers jours. Les minutes et les heures filent et m'entraînent dans cette course folle.
Les journées sont remplies de choses abouties, d'angoisse, de doutes, de projets menés à leurs termes, d'envies remisées, d'utopies, de concret, d'intendance bonheur plus ou moins heureuse, d'eau, de soupirs, de rires, de larmes moins, de gaufres au sucre, des premiers abricots, des fêtes de fin d'année, de bilan à rendre, de cours à préparer, de vacances à organiser, de comptes à rendre …
Le temps file et défile … et j'ai si peu de temps à accorder à ce qui me paraît essentiel.

Il y a ces amitiés lassées, à sens unique, qui font aussi mal qu'un chagrin d'amour ; peut-être plus.
Il y a des nouvelles grisâtres d'autres amis pour lesquels je voudrais que mon soutien soit moins accessoire. 
Il y a ces heures vides au milieu de la nuit. Une ou deux heures, compagnes de mes pas feutrés, de mon bol de riz et de mon cerveau qui ne veut rien entendre !
Il y a des moments que je voudrais accorder aux lectures, à la curiosité, aux rencontres. Je devrais m'y contraindre plus rudement, je le sais.

Et puis, il y a eu ces trombes d'eau, ces Jeux de l'oie qui durent, qui durent. Il y a eu ce sourire qui illumine un matin chagrin, ces enfants qu'un cornet de glace rend heureux, la vie qui pique les yeux et le coeur, la satisfaction d'être fidèle à soi-même, les enveloppes de Simone et son auto farcies de papiers fabuleux ...