lostJ'aime mon travail. J'aime ce que je fais, j'aime avoir la possibilité de gérer mes activités quotidiennes sans sentir le souffle de la hiérarchie dans ma nuque, certes.
Mais, j'en ai marre de ces semaines tellement courtes où il faut en faire autant  que pendant les semaines normales ...

L'absence de motivation est tellement visible, les conditions de travail médiocres, c'est le flou artistique quant à l'avenir de mon secteur ... Et c'est pas le tout qui me donnera un coup de boost dans le booty !!

BigBoss est parti vers un nouvel univers et c'est MmeBoss qui est venue prendre sa place.
Pas facile pour elle, je suppose, de s'intégrer à notre troupe.
Pas facile pour nous, de composer avec cette personne dont nous ne savons rien ou si peu.

En deux semaines, nous avons appris (ou découvert) que MmeBoss est exigeante, colérique, nulle en informatique, folle de chaussures et en état de régime quasi permanent.
Ca n'aide pas vraiment à trouver le bon positionnement pour une "collaboration efficace et perfectible ...". On est un peu paumés ...

Cependant, il faut bien constater que tout avance malgré tout. Que nous sommes conscients que notre service est performant et que savons très très bien mener notre barque sans chef ...[le contraire est-il vérifiable ?] et nous sortir de situations périlleuses.

Même s'il est courant de dire que les fonctionnaires sont des planqués, il faut se rendre compte des conditions de travail déplorables. Les "fonctions publiques" ne sont pas toutes sur le même pied d'égalité.
Et le travail en hôpital était si facile que cela, ce devrait être le plein emploi, sans pénurie de personnel, ni de fermeture de structures par faute de rentabilité.
Et pourtant c'est loin d'être le cas. Le personnel médical souffre, le personnel administratif aussi, c'est usant.
Et c'est cette usure qui rend amer.